Du 4 au 6 août 2014, le Président Obama accueillera le tout premier Sommet des dirigeants américano-africains à Washington D.C. Le Président Obama a souvent parlé de la nécessité d'avoir des institutions fortes par rapport à des personnalités fortes, et il a défendu le travail de la société civile. Dans cette optique, le Département d'État américain organise un événement qui sera l'occasion pour la société civile d'apporter ses commentaires sur l'importance de la sauvegarde de l'espace civique pour stimuler l'entrepreneuriat social, l'innovation civique et le développement. Bien que cette initiative soit louable, elle ne va pas assez loin pour que la société civile africaine ait un siège à la table, et soit un partenaire égal lors du Sommet. Pour que le Sommet soit une véritable réussite, la société civile doit participer aux réunions officielles qui auront lieu le 6 août, lors desquelles le gouvernement américain et les dirigeants africains débattront de sujets essentiels.

Afin de plaider en faveur de la participation officielle de la société civile, des représentants de la société civile africaine se sont retrouvés en juin à Washington DC pour dresser une liste de recommandations pour les États-Unis, les chefs d’États africains et la société civile africaine, dans trois domaines thématiques : l’état de droit, la transparence et la corruption, et la discrimination des groupes marginalisés,

Le principal message délivré aux décideurs et aux organisateurs du Sommet était que les représentants de la société civile africaine doivent être inclus en tant que capacité officielle lors du Sommet et avoir un siège à la table en tant que participants à part entière.

À quelques semaines du Sommet des dirigeants, la société civile africaine doit envoyer un message clair au président Obama et aux dirigeants africains afin qu’ils incluent la société civile, en particulier les groupes qui défendent les droits humains et la bonne gouvernance, lors des débats officiels du 6 août.

 

Le Sommet et la Société civile

Selon le communiqué de presse de la Maison Blanche:

« Le Président Obama accueillera le Sommet États-Unis/Afrique mardi 5 août et mercredi 6 août 2014 à Washington DC. Ce Sommet historique, le premier de la sorte, rassemblera les dirigeants du continent africain dans la capitale de la nation et resserrera les liens avec l’une des régions les plus dynamiques et avec la plus forte croissance du monde. Le thème du Sommet est d’investir sur la prochaine génération. S'appuyant sur les progrès réalisés depuis le voyage du Président Obama en Afrique l'été dernier, le Sommet se concentrera sur ​​le commerce et l'investissement en Afrique, et il soulignera l'engagement de l'Amérique pour la sécurité de l'Afrique, pour son développement démocratique et en faveur des idées des jeunes ».

Pourtant, la société civile n’est pas invitée à participer aux discussions bilatérales entre gouvernements pendant le Sommet. Dans son discours de 2013 devant l’Assemblée générale de l’ONU, le Président Obama a demandé « Qui sommes-nous pour ne pas croire que les défis d'aujourd'hui ne peuvent pas être surmontés, alors que nous avons vu quels changements l’esprit humain peut apporter ? Qui dans cette salle peut affirmer que l'avenir appartient à ceux qui cherchent à réprimer cet esprit, plutôt qu’à ceux qui cherchent à le libérer ? »

C’est la société civile africaine qui est en première ligne pour s’opposer à la répression et pour libérer le peuple du continent. La société civile doit faire partie du Sommet.

En juin 2014, des représentants de la société civile Africaine se sont rencontrés à Washington DC pour dresser la liste des recommandations adressées au gouvernement américain, aux chefs d’États africains et à la société civile africaine dans le but de faire de réels progrès.

 

La pétition

President Barack Obama
The White House
1600 Pennsylvania Avenue NW
Washington, DC 20500

Cher Monsieur le Président

Nous pensons que le Sommet des dirigeants américano-africains, qui aura lieu à Washington DC du 4 au 6 août, est une opportunité sans précédent pour honorer l'engagement de votre administration envers la promotion de la bonne gouvernance et le respect des droits humains. Nous comprenons que la priorité lors du Sommet sera accordée au renforcement des échanges et des investissements, ainsi qu’aux efforts visant à accroître la sécurité et lutter contre l'extrémisme. Le Sommet vous offre une chance tout aussi importante, celle de soutenir ces personnes qui font avancer la cause des droits humains à travers l'Afrique, souvent au prix de grands sacrifices personnels.

De nombreuses organisations africaines et internationales craignent que le Sommet néglige les questions fondamentales de gouvernance et de droits humains, qui empêchent les Africains ordinaires de vivre avec dignité. Ignorer ces questions conduit souvent à la prolifération des groupes extrémistes, à l'instabilité sociale, à la corruption et au sous-développement systémique. Un élément essentiel de la lutte contre ces problèmes persistants et pour parvenir à un large développement humain, est d'assurer la participation significative et l'implication de toutes les parties prenantes, y compris le gouvernement et la société civile.

Afin que les dirigeants des États-Unis et d’Afrique soutiennent et étendent le développement inclusif et pour qu’ils promeuvent la paix et la sécurité, la société civile doit jouer un rôle significatif. Nous vous demandons respectueusement de donner à la société civile africaine l'opportunité de participer officiellement à ce Sommet et de profiter de cette occasion pour souligner ses importantes contributions en Afrique. Ce faisant, vous enverrez un message fort et sans équivoque au monde, affirmant que les États-Unis prennent en compte ces voix indépendantes comme des partenaires essentiels du développement. Nous croyons fermement que les acteurs de la société civile et les défenseur-ses des droits humains sont des parties prenantes égales dans l'élaboration de l'avenir de l'Afrique, et donc, qu’ils doivent être traités en tant que tels lors du Sommet.

Nous vous remercions sincèrement pour votre considération réfléchie que vous portez à nos préoccupations et à notre demande afin que la société civile participe officiellement au Sommet des dirigeants américano-africains. Nous vous souhaitons bonne chance pour ce que nous espérons être la première de nombreuses autres rencontres productives entre les États-Unis et les chefs d'État africains.

Ce que vous pouvez faire d’autre:

1. Tweetez #WeAreAfrica et faites la promotion de la pétition
2. Contactez toutes les autres organisations de la société civile dans votre pays/région et demandez-leur de rejoindre le mouvement
3. Partagez sur Facebook et sur tous les autres réseaux sociaux que vous utilisez
4. Contactez votre réseau au sein de la communauté internationale afin qu’il signe la déclaration de solidarité
5. Envoyez une déclaration vidéo qui sera utilisée sur la playlist de YouTube – contactez campaigns@frontlinedefenders.org pour les instructions
6. Informez la communauté au sujet des autres actions que vous entreprenez en envoyant un message à : campaigns@frontlinedefenders.orgcampaigns@frontlinedefenders.org
7. Si votre organisation approuve cette pétition, merci de contacter campaigns@frontlinedefenders.org afin que nous puissions vous aider à promouvoir cette campagne de soutien.

 

Jeggan Grey-Johnson

Hussein Khalid

Frank Mugisha

Nomboniso Nangu Maqubela